Coupe de France 2015

de basket en entreprise

Présentation de l’équipe qui vise un 5e trophée national consécutif

Debout (de gauche à droite) : Christian Garrouste (aide coach), Sébastien Hattemer, Nicolas Bechtel, Patrice Koenig, Bertrand Neu, Mathieu Kern, Thierry Bechtel (coach), Bernard Rich (Président de l’ASM CUS)

Accroupis : Mathieu Reibel, Jérémie Scheeck, Emmanuel Nerôme, Fabien Kaerlé, Riadh Habassi

À la conquête d'un historique quintuple !

Notre équipe de basket participe les 23 et 24 mai aux phases finales de la Coupe de France corporative à Geispolsheim, qui accueille cette épreuve pour la deuxième fois, après l’édition de 2011. Cette édition reste d’ailleurs un merveilleux souvenir pour l’équipe strasbourgeoise, qui y avait glané son premier titre national contre Peugeot Mulhouse (110 - 98) avant d’en rajouter trois autres, en 2012 contre les Dockers du Havre (102 - 77), en 2013 contre BNP Paribas (92 - 49) et en 2014 à nouveau contre les Dockers du Havre (68 – 57). Elle revient donc sur ses terres avec la ferme intention de conquérir son cinquième titre d’affilée, ce qui constituerait le record absolu dans cette épreuve, créée en 1978.

Pour en arriver là, les joueurs ont réussi un sans faute  en terminant invaincue de la poule A après ses victoires à l’extérieur face à EDF/GDF Le Havre (64 - 95) et à domicile contre la FFBB et Peugeot Mulhouse (117 - 64). De cette confrontation alsacienne, le coach Thierry Bechtel n’en tire pas beaucoup d’enseignements. "Il est vrai que nous avons réalisé une excellente prestation collective. Mais l’équipe haut-rhinoise était privée de plusieurs éléments majeurs. Au complet, et ça sera le cas ce week-end, elle reste un candidat crédible pour la victoire finale." C’est en effet, Peugeot Mulhouse qui a terminé à la deuxième place, qualificative pour les phases finales grâce à ses succès face à la FFBB (79 - 89) et EDF/GDF Le Havre (89 - 75).

Dans la poule B, les Dockers du Havre ont également gagné tous leurs matches et finissent donc premiers devant les Pompiers de Nice.

Dès le samedi 23 à 14h00, la première demi-finale opposera justement l’ASEMS (ex-ASMCUS) aux Pompiers de Nice. Pour la circonstance, l’armada strasbourgeoise aura fière allure et partira logiquement favorite. Mais Thierry Bechtel reste volontairement prudent. "Sur le papier, l’effectif est impressionnant, je le concède. Mais, il ne faut pas en tirer des conclusions hâtives car nous ne sommes pas à l’abri d’une mauvaise surprise. La finale de l’année dernière, gagnée dans la douleur contre les Dockers, est là pour nous le rappeler. Nous jouons à domicile, devant notre public avec un excitant challenge d’être la première équipe à remporter le trophée Coupe de France cinq fois consécutivement.

 

Pour autant, il ne faut surtout pas se laisser envahir par la pression. Elle peut très vite nous amener à déjouer et à perdre les pédales. Mais mes joueurs sont des compétiteurs d’expérience habitués aux joutes nationales, j’ai confiance en eux." Le mot est lâché, c’est effectivement bien la pression, qui risque de jouer un rôle déterminant pendant ce week-end.

La deuxième demi-finale entre les Dockers du Havre et Peugeot Mulhouse suivra à 16h00.

La finale des perdants aura lieu dimanche à 11h00. Le coup d’envoi de la finale de la Coupe de France, dans laquelle on espère bien retrouver l’ASEMS, sera donné à 15h00.